Accueil Non classé Des informations sur Cloud pas cher

Des informations sur Cloud pas cher

0
0
2
Tout savoir à propos de Cloud pas cher

Le numérique représente aujourd’hui 4 % des gaz à effets de serre envoyé chaque année. Il impacte lui aussi l’environnement : de la conception des appareils électroniques à la gestion des recommandées par les data centers en passant par les infrastructures réseaux ( antennes 4G, wifi ). c’est pourquoi, même si organiser des évènements éco-responsables est un premier pas important, vous pouvez aussi prendre en compte sensibiliser à l’impact écologique du numérique auprès de vos publics mais aussi au sein même de votre union. En partenariat avec le REFEDD, cette fiche pratique afin de vous permettre d’employer efficacement le numérique dans votre association, tout en empêchant son impact sur la planète.

Aujourd’hui, devenir plus « » est une nécessité, plus que jamais. Avec les débuts du Cloud naissait une inquiétude ( légitime ) sur son impact négatif sur la planète, à cause de la forte consommation énergétique des data centers et des émissions de gaz à effet de serre. Depuis plus de 10 ans, le Cloud s’est de façon massive pensé et a ainsi fait beaucoup de bruit. Mais saviez-vous que le Cloud n’est pas seulement un coup de main technologique ou financier ? Il propose aussi des possibilités propres à la région en permettant en effet de réduire la consommation d’énergie, les déchets et les diffusions de carbone.

La dématérialisation est-elle écologique ? Avec le numérique, est-on eco-citoyen ? À l’heure où se multiplient les alertes sur la santé vacillante de la planète, notre un infographique dédiée aux chiffres clés de la pollution numérique le démontre : il y a sos à agir, du côté individus comme des organisations. Ce dossier explore les initiatives ‘ vertes ‘ et les bilans énergétiques, notamment dans les domaines du matériel informatique, des logiciels et des data centers et vous invite qu’il faut suivre chaque jour 10 conseils écoresponsables.

il existe cependant un paramètre supplémentaire à savoir au moment de calculer de l’aspect Green ou non du Cloud : la mutualisation. En effet, si 10 entreprises choisissent d’acquérir dans des serveurs de données locaux, ceux-ci ne seront utilisés que lorsque la société sera en activité. Et très rarement à 100 % de leur capacité. Tandis qu’en passant par le Cloud, ces 10 entreprises vont louer seulement la taille de stockage en ligne dont elles auront besoin, ce qui optimisera l’utilisation des serveurs. De ce point de vue, la consommation d’électricité des serveurs est adaptée aux besoins des entreprises, qui en conséquence présenteront une empreinte carbone a priori inférieure. Les fondateurs les plus accessibles à l’impact de leur activité sur l’environnement pourront ainsi choisir leur centre de données selon leur type d’alimentation électrique : charbon ( mauvais bilan carbone ), énergie hydro-électrique ( bilan positif ) ou aussi l’énergie éolienne ( bilan concret ). par ailleurs, certains data center ont choisi un mécanisme de refroidissement de leurs serveurs par le vent. Une chose est sûre : le Cloud propose des solutions tendant vers une l’abaissement de l’impact sur les alentours. Cela devra encore s’accentuer dans les années à aller pour vraiment qualifier le Cloud de « Green ».

Les grandes sociétés qui les cosomment cherchent aussi à réduire leur effet sur le monde. Elles construisent les data centers au nord pour profiter du froid naturel. Facebook s’est installé en Suède, Google en Finlande, Microsoft planche sur un data center sous la mer, refroidi par l’eau et alimenté en électricité par les courants marins. Autre piste : exploiter la chaleur de ces centres. le défi est grand car la chaleur voyage mal. Les initiatives détiennent encore marginales. En Seine-et-Marne, l’eau d’une piscine et des bureaux sont chauffés grâce à un data center. Le groupe Casino en a installé dans ses entrepôts vides.

Les datacenters mondiaux utilisent de très importantes quantités d’énergie, contribuant ainsi au réchauffement climatique. À l’heure existante, on pense qu’ils consomment en moyenne 3 % de l’approvisionnement mondial en électricité et sont responsables d’environ 2% des diffusions de gaz polluant. Ces chiffres placent l’empreinte carbone des datacenters au même niveau que celle de l’ensemble de la conception industirelle aérienne. Dans ce cadre, de nombreuses entreprises cherchent à réduire leur empreinte carbone et recherchent de plus en plus des solutions de stockage plus respectueuses de la nature. Il est maintenant nécessaire d’assurer à la fois un haut niveau de performance mais aussi une consommation d’énergie la plus faible possible.

Complément d’information à propos de Cloud pas cher

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par albert370153aha
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ce que vous voulez savoir sur plus d’informations plus d’informations

Ma source à propos de plus d’informations Le marketing micro-ordinateur propose de r…